Art-thérapeute, animatrice philo auprès des enfants & animatrice d’ateliers d’écriture en milieu carcéral, valérY meYnadier a commencé très tôt l’école de la vie- C’est là où elle a rencontré l’écriture, elle avait six ans. Plus jamais quitté. Entre prose & poème, un stylo-saxo, elle cherche le swingue, elle a trouvé sa langue proème. Elle trace dans moult revues, Supérieur Inconnu, Travioles, Grèges, Monsieur Toussaint Louverture, Pourtant, Méninges, Bad to the bone, Lapsus, Insistance, Étoiles d’encre, ETC- jusqu’à la Rue Saint Ambroise... Autrice de deux romans : Ma mère toute bue & Centaure. Un récit : Divin Danger & deux recueils de poésie : La morsure de l’ange & Présent défendu...

Elle anime aussi avec des normophates, pas seulement des cas limites ; à la Maison Populaire de Montreuil & chez elle, elle a mis en place un laboratoire d’écriture. Sur sa porte, en exergue, Nietzsche : « Il faut avoir une musique en soi pour faire danser le monde ».

valérY meYnadier.jpg

LES LARMES VENUES D'AILLEURS

vALERY MEYNADIER

Moi, il a quitté ma tête. Ça fait du bien de marcher sous le soleil, même si les miradors, les barbelés, les trafics en tout genre, les roubignoles pleines qui débordent, même si, tous issus de la même classe sociale, tous des familles pourries, tous, violés, d’une façon ou d’une autre, je balaye tout ça d’un regard ; il est beau le ciel.

La dernière promenade, me suis pris une balle de tennis en pleine poire, envoyée par-dessus le mur. Pleine de shit le boulet jaune-fluo. Je revois encore le baraqué attrape-baballe me tomber dessus. Bastonnade générale. De mon côté, un bel œil au beurre noir. Lui, trois côtes cassées, mitard pour les deux.

SEMAINE
DU 18 AU 25 OCTOBRE
2021

ECOUTER LA NOUVELLE